400 coups pour l’eau à Villefranche-sur-Saône

Le vendredi 13 mai, « Vague citoyenne » a déferlé sur Villefranche. A l’initiative du Collectif de l’Eau Bien Commun Beaujolais,  une projection-débat  a été organisée en présence du réalisateur François Guieu, de Natalia Dejean, co-présidente de la Coordination Eau Bien Commun Rhône-Alpes et devant un auditoire de citoyens très sensibilisés aux préoccupations locales autour de l’eau à Villefranche. 
20160513_202739

« Vague citoyenne » est un documentaire qui retrace les six dernières années des mouvements sociaux pour l’Eau Bien Commun en France. Préoccupés par la qualité de l’eau, son prix et son mode de gestion, les citoyens ne veulent plus laisser ce sujet exclusivement sous la responsabilité de leurs élus et encore moins aux mains des opérateurs privés.
L’eau est un Bien Commun de l’Humanité, indispensable à la vie sur Terre. Elle doit rester dans la sphère publique, dans le domaine de l’intérêt général et loin des lois du profit. C’est le fil conducteur de « Vague citoyenne » et celui aussi d’une mobilisation de plus en plus forte sur nos territoires, sous forme de collectifs, coordinations et associations partout en Rhône-Alpes et en France.

« Au pays de Gex, la mobilisation citoyenne a conduit en décembre dernier les élus à choisir de revenir en gestion publique pour l’eau et l’assainissement après plusieurs contrats avec des entreprises privées. Au pays de l’Arbresle, où la réforme territoriale en cours (loi NOTRe) menace la gestion démocratique de l’eau en régie publique, un collectif pour l’Eau Bien Commun interpelle les élus sur l’avenir de leur ressource. A Lyon, les citoyens attendent de voir les promesses de Véolia traduites en améliorations et espèrent que l’eau de Lyon redeviendra publique à la fin de ce dernier contrat privé. Partout, l’eau redevient un sujet de débat, de mobilisation et de démocratie « , précise Natalia Dejean.
« A Villefranche, la gestion de l’eau et de l’assainissement est confiée depuis toujours à des entreprises privées. Alors que le prix continue d’augmenter et que la qualité ne cesse de se dégrader (même si on nous a dit le contraire pendant longtemps), nos élus toujours confiants envisagent d’investir des millions dans l’agrandissement de la station de potabilisation et par la même occasion de renouveler le contrat de délégation de ce service public à des entreprises privées, sans aucune étude préalable d’autres alternatives pour trouver une eau de meilleure qualité sur notre territoire, pour mieux protéger cette ressource ou changer son mode de gestion. Sans réel débat entre les élus et encore moins avec les citoyens », déclare Alain Liénard au nom du Collectif Eau Bien Commun Beaujolais.
« Et pourtant, nous sommes de plus en plus intéressés par la qualité de l’eau que nous buvons, de plus en plus préoccupés par la santé de nos enfants et de l’avenir que nous allons leur laisser. Nous souhaitons avoir notre mot à dire dans des choix aussi importants qui concernent l’eau. Nous avons la volonté, les moyens et la capacité pour participer à la gestion de cette ressource en tant que citoyens et usagers de l’eau. Et nous pouvons aussi nous informer et nous former auprès d’autres collectifs, citoyens et collectivités. Toutes les conditions sont réunies pour changer nos modes de faire, sans pour autant chercher des solutions techniques de plus en plus coûteuses pour continuer à polluer et à consommer ».
Plusieurs spectateurs ont exprimé leurs préoccupations et une quinzaine a rejoint le Collectif local pour l’Eau Bien Commun.
L’analyse des contrats actuels entre la Communauté d’agglomération de Villefranche sur Saône et les délégataires est en cours. D’autres actions sont en construction pour amener les élus à envisager un mode de gestion de l’eau plus démocratique, plus équitable, moins dispendieux mais aussi plus respectueux de l’environnement. D’autres associations et citoyens préoccupés par ces valeurs sont appelés à rejoindre le Collectif Eau Bien Commun Beaujolais.

La presse en parle:

collectif_eau